UNE VILLE ET SON HISTOIRE DU MILLÉNAIRE

Siracusa tire son nom du siculo Syraka ou Sùraka, abondance d’eau. En effet, la ville est riche d’eau et de zones marécageux.

Fondée par les Corinthiens au VIIIe siècle avant notre ère, commandés par Archia, Siracusa était une Pentapoli, à savoir une ville de cinq quartiers : Ortigia, Acradina, Tiche, Neapolis et Epipoli. Conquise par les Romains en 212 suite à une longue résistance guidée par Archimède et ses géniales machines de guerre, la ville devient capitale de la province de Sicilia. Dès la conquête des Romains, la ville subie nombreuses sacs et incursions et par conséquent s’affaiblit.

En 878 elle fut conquise par les Arabes, au XIe siècle par les Byzantines et enfin par les Normands. Après une brève domination génoise au XIII siècle, elle devint partie du Royaume de Sicile au XIIe siècle, du Royaume des deux Sicile au XIXe siècle et enfin du Royaume d’Italie.


PROMENADE EN ORTIGIA

La partie la plus ancienne de Siracusa est l’île d’Ortigia dont on trouve os d’animaux, vaisselles et objets remontant à la préhistoire. Siracusa était habitée déjà XXIIe et au XVe siècle avant notre ère. On trouve aussi les témoignages de la présence d’une population indigène pendant l’âge du bronze jusqu’au IXe siècle, en particulier les huttes retrouvées en Piazza Minerva et Piazza Duomo habitées jusqu’à l’arrivé des Corinthiens.  

Les monuments sacrés les plus anciens sont : l’Oikos, un temple archaïque remontant au VIIe siècle a. J. C. au centre de Piazza Duomo ; l’Artemision, temple ionique d’Artémis remontant à la fin du VIe siècle a. J. C. aujourd’hui au-dessous du palais de la Mairie et le temple dorique d’Athéna, aujourd’hui incorporé dans le Dôme de la ville, devenu Cathédrale au VIIe siècle.

En vous promenant dans l’île vous trouverez aussi des monuments liés à la mythologie grecque comme la fontaine de Diana et la Fonte Aretusa, inspiration pour poètes anciens et modernes, incontournable pour artistes et visiteurs.  

A la pointe de l’île, surgit « U Casteddu », le château Maniace voulu par Frédéric II avec un panorama à couper le souffle.

Ortigia conserve encore la structure urbaine typique des Arabes avec petites rues et ruelles tortueuses, les constructions byzantines, normandes, souabes, aragonais, de la renaissance et baroques en donnant à l’île une atmosphère unique. Et encore le « Jureca », Giudecca, le quartier habité par les juifs jusqu’au 1492, année de l’expulsion ordonnée par le décret de Ferdinando il Cattolico. Là, on trouve puits et bains de purifications.

NEAPOLIS

Les témoignages les plus importants de l’époque grecque-romaine se trouvent dans le parc archéologique de Neapolis. Là, le tyran Gerone II au III siècle a. J. C. réalisa le magnifique théâtre grec, une destination incontournable qui continue encore aujourd’hui à attirer des milliers de spectateurs, venus du monde entier pour assister aux représentations des œuvres classiques.

 À quelques pas du théâtre se trouvent:  la célèbre grotte, définie par Caravaggio Oreille de Denys, pour sa forme et ses exceptionnelles propriétés acoustiques ; l’autel de Ieron II dédié à Zeus Libérateur et l’amphithéâtre romaine.

Près du parc on trouve le Musée Régionale Paolo Orsi, qui conserve les collections archéologiques les plus importants de Sicilia.

L’architecture religieuse est représentée par l’art paléochrétienne et les catacombes, seconde seulement à celles de Roma ; les basiliques byzantines comme la Basilique de San Giovanni Evangelista et le moderne Sanctuaire de la Madonna delle Lacrime.


GALERIE

Restez informés inscrivez-vous à la newsletter

Je déclare avoir lu la Politique en matière de protection des données personnelles et j’autorise le traitement des données personnelles.

GESTION DURABLE

Erga a mis en œuvre un système de gestion durable convenable à sa dimension et portée. Son organisation est conforme à tous les règlementations en vigueur au niveau locale, nationale et international, en particulier avec référence à la santé, sécurité, travail et de l’environnement. Nous vous invitons à respecter les règles de conduite appropriées aux lieux visités, tels que les monuments, les réserves naturelles, les lieux de culte. En particulier, il est recommandé de ne pas disperser les déchets dans l’environnement et, le cas échéant, de respecter les règles de la collecte sélective.